La plus haute route d’Europe Pico Veleta

La plus haute route d’Europe Pico Veleta

17 novembre 2019 0 Par Théo

Retour sur mon plus beau souvenir à Vélo de l’année, l’ascension du Pico Veleta en Sierra Nevada.

Quelques semaines avant mon voyage en Espagne, j’étais tombé par hasard sur un article qui parlait du cyclisme en Sierra Nevada. Le lieu parfais pour la préparation des cyclistes professionnels car il permet de profiter des avantages de l’altitude très tôt dans la saison parce que contrairement aux Alpes par exemple ce massif montagneux bénéficie d’un climat très doux, c’est due à sa localisation tout au sud de l’Espagne en Andalousie. Il y avait un passage qui parlait du Pico Veleta, la plus haute route d’Europe, le sommet étant à 3396 mètres d’altitude !  En lisant ça je me suis dis : il faut absolument que je monte là-haut avec mon vélo.

C’est donc le 28 septembre que je me suis lancé dans cette ascension. Mon point de départ est à La Zubia une petite ville en périphérie de Grenade, mon compteur affiche une altitude de 750 mètres.

J’ai choisi de commencer la montée par Monachil, l’option la plus courte mais aussi la plus raide avec pas mal de passage à plus de 10% voir 14%, l’avantage est que cette route est beaucoup moins fréquentée que la route principale. C’était à peu près 10H du matin et j’avais déjà très chaud. 

Après une dizaine de kilomètres je suis déjà à plus de 1300 mètres d’altitude et j’aperçois un vététiste sortir d’un chemin et s’engager sur la route. je le rattrape rapidement et le salue. Il s’appelle Jose et vit à Grenade, il à l’air de connaitre ces montagnes comme sa poche. Il me dit que c’est un jour parfait pour tenter le Pico Veleta parce que les conditions sont parfaites, il y a un grand soleil et pas un nuage à l’horizon. J’ai pu discuter avec lui et écouter ses conseils pendant 4 ou 5 kilomètres puis ont s’est dit au revoir, il s’est engager dans un autre chemin.

Peu après je rejoins la route principale, beaucoup plus large et fréquentée mais aussi moins raide, environ 7%. Il y a plus de voitures et notamment plusieurs voitures allemandes avec des stickers camouflage, on dirait que les marques effectuent des tests sur leurs futurs modèles.

Apres 29 kilomètres de montée j’arrive dans la station de Pradollano et mon compteur affiche plus de 2000 mètres d’altitude. je commence à sentir le vent et il commence à ne plus faire très chaud.

A environ 2500 mètres d’altitude  j’arrive à Hoya de la Mora où une barrière empêche les véhicules d’aller plus haut. Je me retrouve seul sur une route étroite, plus j’avance et plus elle est en mauvais état. La pente est plus raide le vent commence à être fort et les effets de l’altitude se font sentir, je garde malgré tout un bon rythme et je suis vraiment impatient d’arriver en haut. Je savoure quand même l’instant, la vue est du plus en plus magnifique et un peu avant le sommet on peut voir un observatoire spatial.

Tout près du sommet la route défoncée se transforme en chemin dans la caillasse, je suis bien content d’avoir mon vélo de rando Cinelli. Quelques centaines de mètres plus loin me voila arrivé au sommet du Pico Veleta. c’est la première fois que je monte si haut en vélo, me voila à 3396 mètres ! Je ne suis pas tout seul d’ailleurs, il y a aussi quelques randonneurs et des cyclistes comme moi. La haut il y a beaucoup de vent et il fait froid donc j’enfile vite mon coupe vent. Je reste quelques minutes pour profiter de ce paysage grandiose et immortaliser l’instant avec mon téléphone. 

En redescendant je m’arrête dans un bar à Hoya de la Mora, je commande une bière avec quelques tapas  bien mérité. Je ne sais pas si c’est l’altitude ou le fait d’avoir fait un truc que je n’aurait pas l’occasion de faire souvent mais je suis encore tout excité.

Apres ce petit ravitaillement je remonte sur le vélo pour reprendre la descente, rapidement je retrouve la chaleur et je décide de prendre la route principale jusqu’à Grenade, je veux en profiter pour aller voir la magnifique Alhambra.

Arrivé à Grenade je prends un gros coup de chaud, il fait 39 degrés ! Comme prévu je monte au point de vue Saint Nicolas pour admirer l’Alhambra puis je rentre tranquillement jusqu’à La Zubia.

Je ne suis pas près d’oublier cette journée en Sierra Nevada. J’en ai pris plein les yeux avec ces paysages incroyable, par moment je me croyais sur une autre planète. Et surtout je peux maintenant dire que j’ai gravi la plus haute route d’Europe ! 

Partager avec :